Croissance et innovation dans la banque de détail en Afrique : la RDC où le marché bancaire est naissant

Le rapport de McKinsey Global Banking révèle des stratégies gagnantes parmi les grandes banques africaines

Infos économiques  | 

Le cabinet McKinsey Global Banking a publié aujourd'hui un nouveau rapport sur la banque de détail en Afrique - Rugir à la vie : croissance et innovation dans la banque de détail en Afrique.

Le rapport révèle que les marchés bancaires africains comptent parmi les plus dynamiques au monde. Le marché bancaire de l'ensemble du continent est le deuxième marché mondial en termes de croissance et de rentabilité, et constitue un foyer d'innovation.

Près de 300 millions d'Africains ont aujourd'hui un compte en banque, un chiffre qui pourrait s'élever jusqu'à 450 millions en 5 ans. Le rapport illustre quatre segments des marchés africains : depuis les marchés avancés comme l'Afrique du Sud et l'Égypte, aux marchés en transition à croissance rapide comme le Kenya, le Ghana et la Côte d'Ivoire, en passant par les géants endormis comme l'Algérie, le Nigeria et l'Angola, ou encore les marchés bancaires naissants comme la RDC et l'Éthiopie.

Le rapport constate que les banques du quintile supérieur de l'Afrique, les banques dites « gagnantes », sont simultanément 4 fois plus rentables et se développent 2 fois plus vite que les banques du quintile inférieur. Les principales conclusions du rapport sont que ces « gagnants » se caractérisent par l'emploi d'une ou plusieurs des cinq pratiques gagnantes :

  1. Dessiner la bonne carte. En Afrique, la géographie revêt une grande importance. Près de 65 % de la rentabilité des banques africaines (mesurée par le RCP) et 94 % de la croissance de leurs revenus sont attribuables à leur couverture géographique. Il est important de noter que le rapport met en évidence un changement dans les groupes de revenus corrigés des variations des taux de change en Afrique du Nord, en Afrique de l'Est et en Afrique de l'Ouest, et loin de l'Afrique du Sud.
  2. Segments appropriés, offres attrayantes. Nous constatons que 70 % de la croissance du groupe de revenus se produira dans les segments intermédiaires, c'est-à-dire ceux dont le revenu annuel se situe entre 6 000 et 36 000 USD. Le marché de masse, c'est-à-dire les particuliers dont le revenu annuel est inférieur à 6 000 USD par an, représente 13 % de la croissance, mais c'est aussi le segment qui connaît la croissance la plus rapide. Quel que soit le segment choisi par les banques, il est essentiel qu'elles disposent de la bonne proposition. Notre enquête auprès de 2 500 clients bancaires dans six pays africains révèle que 25 % d'entre eux choisissent le prix comme le facteur le plus important dans le choix des banques. La commodité est tout aussi importante, citée par 25 % des clients. Le service est le troisième facteur le plus important, choisi par 12 % des clients. Nous trouvons également d'énormes opportunités de ventes croisées : alors que 95 % des Africains possèdent des produits transactionnels, moins de 20 % possèdent des prêts, des assurances, des investissements ou des dépôts.
  3. Services bancaires simplifiés. Alors que les revenus des banques africaines ont diminué, nous constatons que cela est dû à l'augmentation des marges pour les banques, et que leur ratio coûts/actif s'est en fait détérioré. Avec 3,6 %, l'Afrique se classe au 2e rang mondial pour le rapport coût-actif. Cependant, des gains d'efficacité rapides sont possibles et nous évoquons huit banques africaines qui ont réalisé des progrès en termes d'efficacité au cours des cinq dernières années, grâce à la combinaison de trois leviers : numérisation de bout en bout, amélioration de la productivité des ventes reposant sur des analyses avancées, optimisation du back-office et du middle office.
  4. Priorité au numérique. 40 % des Africains préfèrent utiliser les canaux numériques pour leurs transactions. Dans quatre grands pays africains : Afrique du Sud, Nigeria, Kenya et Angola, une plus forte proportion d'Africains préfèrent le canal numérique aux succursales pour les transactions. Compte tenu de la faible densité des succursales en Afrique, les banques doivent faire du numérique l'une de leurs priorités. Le rapport se concentre sur quatre thèmes de l'innovation émergente en Afrique en matière de numérique : transformation numérique de bout en bout (par ex., Equity Bank) ; partenariat avec les sociétés de télécommunications (par ex., CBA au Kenya ou Diamond Bank au Nigeria) ; création d'une banque numérique (par ex., ALAT au Nigeria) ; et création d'un écosystème (par ex., Alipay en Chine).
  5. Innover en matière de risques. Les banques africaines présentent toujours le deuxième coût du risque le plus élevé au monde. La faible disponibilité des données fait partie du problème : 11 % des Africains sont dans des bureaux de crédit, alors que sur les marchés avancés, ce chiffre s'élève à plus de 90 %. Toutefois, nous constatons des innovations, notamment des banques qui s'associent avec des sociétés spécialisées dans les données et l'analyse financière comme Jumo, en vue d'améliorer la souscription aux crédits ; des banques qui s'associent avec des sociétés de télécommunications pour tirer parti de leurs données, afin d'émettre des microcrédits sur téléphone portable ; et des acteurs qui recourent au crédit salarial dans tous les pays.

Ce nouveau rapport s'appuie sur l'expérience des partenaires et collègues de McKinsey au service des banques dans toute l'Afrique ; la recherche de McKinsey's Global Banking Pools ; une base de données propriétaire sur les performances financières de 35 des principales banques africaines ; une enquête auprès des dirigeants de 20 banques et institutions financières à travers l'Afrique ; et une vaste enquête auprès de 2 500 clients de banques dans 6 pays africains : Afrique du Sud, Égypte, Nigeria, Maroc, Angola et Kenya.

À propos de McKinsey & Company Africa :

Présente en Afrique depuis plus de 20 ans, la société McKinsey & Company a des bureaux en Éthiopie, au Kenya, au Maroc, au Nigeria, en Afrique du Sud et en Angola. Il définit la stratégie et renforce les opérations pour les acteurs des principaux secteurs, et contribue à améliorer les résultats dans les domaines de l'éducation et des soins de santé.

Source : www.McKinsey.com

Nos événements

< Juin 2018 >
Lun.Mar.Mer.Jeu.Ven.Sam.Dim.
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13 14 15 16 17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30

NOS SPONSORS GOLD

  • Bcdc
  • Sofibanque
  • scs

NOS PARTENAIRES

    • Ambassade de france
    • Conseil commerce exterieure
    • Forum francophone des affaires
    • TV 5 Monde
    • expat

407, avenue Roi Baudouin 1er | Kinshasa-Gombe | République Démocratique du Congo | R.D.C. Réf. Cobil, près de la cour suprême de justice, Tél. +243 (0) 84 42 78 703 | +243 (0) 89 64 55 429 |+243 (0) 856 477 606, direction@ccife-rdcongo.org | secretariat@ccife-rdcongo.org 

© 2018 CCI FRANCO CONGOLAISE